• Boek uw verblijf
  • Koop je skipas
Zie resultaten

L’achat de forfaits de ski est indisponible.

Ouverture domaine d’été du 4 juillet au 29 août 2020

LIVE

vrijdag 05 juni Bijgewerkt op 06-05-2020 om 8:06

Ouverture domaine d’été du 4 juillet au 29 août 2020

Boek uw verblijf

Zie resultaten

Buy your
ski pass


L’achat de forfaits de ski est indisponible.
Book
your stay
Buy your
ski pass
  1. Les Arcs
  2. Ontdek Les Arcs
  3. wintersportplaats Savoie
  4. Bourg Saint Maurice
  5. Erfgoed
  6. Paysage

Paysage

Les Vergers de la Ballastière

La Tarentaise a été jusqu'au milieu du XXe siècle une importante région de production fruitière grâce aux prés vergers encore présents dans le paysage.

Ces vergers traditionnels, associant l'homme, l'herbe, l'animal et le fruit dans une grande cohérence, délaissés à cause de la spécialisation de l'agriculture, sont aujourd'hui menacés par le vieillissement et l'urbanisation de la vallée.

Pourtant, ils sont porteurs d'un remarquable patrimoine historique, culturel, environnemental, génétique et sont l'objet depuis les années 80 de diverses actions de sauvegarde et valorisation... Vous pourrez ainsi découvrir la Maison de la Pomme à La Chal, le verger du Saint Pantaléon à Grand Gondon ou le Grand Verger de Tarentaise à la Ballastière (Landry), conçu pour la promenade dans un grand espace dominant l'Isère.

Visite libre, tous les jours.

Pour plus d'informations, contacter l'Office de Tourisme +33 (0)4 79 07 12 57

Les vergers de tarentaise
> Plus d'informations

Les Chapieux

Depuis plusieurs années, le Conseil général de la Savoie s’efforce de soutenir la restauration, l’entretien et la mise en valeur du patrimoine culturel du département.

Le hameau des Chapieux, à l'entrée de la vallée des Glaciers, se situe au carrefour du Beaufortain (Cormet de Roselend), du Val Montjoie (Col du Bonhomme), du Val d'Aoste (Col de la Seigne) et de la Tarentaise. Voie de passage secondaire dès l'époque romaine et lieu de refuge, cette vallée connaît son heure de gloire dès le XIXème siècle avec l'essor du Tour du Mont Blanc. La légende raconte que Saint-Jacques d'Assyrie, premier évêque de Tarentaise, arriva par cette vallée où il fit ériger une chapelle en 420, au niveau de la Ville des Glaciers actuelle.

Au XVIII ème siècle, ce sanctuaire fut dédié à Notre-Dame de l'Assomption. Détruit sous la révolution vers 1793-1794, il sera reconstruit en 1857.

Au XVII ème siècle, la vallée des Chapieux a vu passer la « Glorieuse rentrée » qui marque le retour d'exil des Vaudois depuis Genève jusqu'au Piémont italien. Mouvement initié à Lyon en 1170 autour de Pierre Valdo, les Vaudois constituaient une communauté laïque prêchant une vie simple de pauvreté et de prière. Condamnés pour hérésie, ils furent tolérés en Lombardie et dans les vallées dites vaudoises (entre Mont-Cenis et Dauphiné) jusqu'en 1300, puis largement persécutés par la Maison de Savoie comme par les rois de France.

En 1500, ils se rallient à la Réforme protestante et sont contraints de s'exiler en Suisse suite à l'Edit de Nantes (1685). En août 1689, près d'un millier d'entre eux entreprend de rentrer dans les vallées vaudoises. Cette expédition les mène en 6 jours du Lac Léman à Pragellato, en passant par les crêtes du Haut Faucigny, la Haute-Tarentaise par le Col du Bonhomme, le Piémont par les cols de l'Iseran et du Mont-Cenis.

Le torrent des Glaciers naît à 2 332 m d'altitude au Col de la Seigne, passe aux Chapieux (1 500m) et se jette dans le Versoyen à Bonneval-les-Bains (1 084m). Ces cours d'eau, caractérisés par la soudaineté et l'intensité de leurs crues, ont à plusieurs reprises dégradé les accès et les terrains de la plaine de Bourg-Saint-Maurice, lors de violents orages ou encore de brusques fontes de neige.

Le barrage de Roselend

Le barrage de Roselend compte parmi les plus célèbres des Alpes françaises. Ce barrage mixte se compose d’une voûte haute de 145 m et large de 215 m, épaulée par une digue elle-même renforcée par des contreforts obliques.

Le lac de 320 ha ainsi obtenu, offre un paysage bucolique qui suscite l'admiration. Sur ses rives, la chapelle Sainte-Marie-Madeleine, construite en calcaire et cargneule et couverte de tavaillons (petites tuiles d'épicéa), présente un clocher-mur et une abside en cul-de-four inspirés de l'ancien édifice du XIVème siècle qui se trouvait au coeur du hameau de Roselend aujourd'hui englouti.

La chapelle est aujourd'hui le seul souvenir de ce hameau, primordial dans l'économie pastorale, qui occupait une vallée suspendue ensoleillée, réputée pour la qualité de ses pâturages et accueillant d'immenses troupeaux. Sur ces terres fertiles, on produisait du seigle, de l'avoine et du miel réputé. A partir de 1870, Constant Gachet « dit l'Egyptien » y ouvre un premier hôtel.

Quelques années plus tard, Augustine Manon ouvre un autre établissement. C'est toutefois le chamoniard Alfred Couttet qui donna une véritable impulsion touristique au village en créant en 1937 un hôtel de standing dans ce site privilégié pour le ski qui accueille notamment Jean Monnet, Jacques Prévert ou encore Irène Joliot-Curie.

Les Alpages de Haute-Tarentaise et du Beaufortain
> Plus d'informations

Le Beaufort, prince des gruyères
> Plus d'informations

This website uses cookies to improve user experience. By using our website you consent to all cookies in accordance with our Cookie Policy. Read more